Endormez vos enfants facilement, tendrement et rapidement, grâce à la PNL et à l’hypnose

Situation :

Nous avons tous déjà vécu des moments de fortes tensions au moment de coucher nos enfants ! (« Fortes tensions » étant une expression que j’ai voulu convenable pour décrire ce qui suit)

Si si, souvenez vous…

Cette soirée qui faisait suite à une merveilleuse journée où le bonheur régnait en maître et que rien ne pouvait venir ternir (complicités familiales, partages, sourires, amour à gogo)…

Ou encore ce soir où vous êtes rentrés tard d’une grosse après midi au parc. Votre enfant ayant couru, sauté, grimpé et crié plein poumon. Il se frottait déjà les yeux dans la voiture du retour…

Et c’était évident… « Ce soir il va vite s’endormir » !

C’est vrai que ça commençait plutôt bien : sitôt rentré, il s’est avachit sur le sofa, pensant à enlever ses chaussures, son manteau, mais pas le bonnet… puis, impossible de lui faire tenir une cuillère ou avaler quoi que ce soit (ça a été un bib express… parce que quand même faut pas déconner)… le pyj, on laisse tomber, le survêt de la journée a fait l’affaire… de toutes façons, impossible de le mouvoir… d’ailleurs il ne pouvait s’exprimer que par onomatopées, les joues lourdes de fatigue… ça sentait bon l’odeur de la tranquillité !

Il a filé au lit… ce qui avait tout son sens. Enveloppé dans sa couette bien chaude, un bisou sur le front, une caresse sur les pommettes accompagné d’un tendre « je t’aime »… vous décampez délicatement, sur la pointe des pieds… la porte grince, vous vous retournez pour jeter un coup d’œil sur votre progéniture… ouf, tout va bien, il s’endort !

Ça vous revient ?

Vous devez donc vous souvenir aussi de ce regard complice envoyé à Chéri en promesse d’une douce soirée… peut être même de ce clin d’œil coquin (cela ne nous regarde pas…) ?

Tout était parfait ! Absolument parfait !

Parfait jusqu’à ce qu’un « mamaaan ? » vienne faire irruption dans ce rêve délectable. Pour l’instant vous tenez bon… « Oui ma grenouille ? »… « Je veux pas dodo »… « Oh que si mon doux, c’est l’heure de faire dodo »… « Non »… « Si mon ouistiti, c’est important que tu dormes  pour ton corps et ton bien-être »… « Non »… « Que oui mon hirondelle, papa et maman sont très fatigués »… « Non »…

Acte 2, scène 1 : Chéri entre en scène. « Ca suffit (pré-nom de l’en-fant a-ccen-tu-é a-vec fer-me-té) ! »… « Mamaaaaaan… ? Câlin… »

Soupire(s) de désespoir… la moutarde monte au nez (et dieu que ça pique !)… L’artillerie lourde est dégainée : câlins (au pluriel évidemment), bisous (au triple pluriel), verres d’eau, « je t’aime », bisous, câlins, gestes tendres… « Do-do main-te-nant ! »… « mamaaaaan ? pipiiiii… » ! Bref, il vous achève ! Adieu douce soirée. Aux oubliettes la soirée apéro-câlin avec Chéri. Ce soir se joue un autre combat, celui d’endormir petit monstre !

Explications :

Que je vous rassure, la maison du psy n’étant pas un antre à part, il s’y passe tout pareil que chez vous !

Déroulons les posters « super Nanny » collés au mur il fut un temps (oui oui, ces grandes feuilles où y sont notées les règles à mettre en place au sein de votre foyer) :

  1. Il est important de pouvoir faire des activités avec nos enfants dans la journée afin de :
    • Pouvoir leur permettre d’extérioriser leurs énergies ;
    • Pouvoir sublimer (mettre la pulsion au service d’une activité gratifiante) leurs énergies (le dessin par exemple).
  2. Il est important d’offrir à notre enfant, un peu de temps avant le coucher, un moment de détente et de relaxation (mais nous avons bien conscience de ne pas tous être des maîtres Yogi) ; disons juste un temps calme.
  3. Il est important de pouvoir mettre en place un rituel stable et solide dans le temps. C’est à dire, un rituel que vous êtes sûr de pouvoir tenir tous les jours de l’année (n’en devenez pas non plus obsessionnel) et qui saura rassurer et sécuriser votre « bibou, chouchou, loulou, doudou, lapin, cœur… ». L’enfant, pouvant anticiper chaque étape de son couché, pourra ainsi se repérer, se projeter, et se laisser aller (il est toujours plus aisé de lâcher prise lorsque l’on maîtrise l’environnement ou le temps dans lequel nous sommes).

Solution :

Évidemment, tout cela vous le saviez… je sors donc de mon chapeau un outil formidable que vous pourrez intégrer avec hâte à votre rituel du coucher !

Il s’agit du livre « Le lapin qui veut s’endormir – une nouvelle façon d’aider les enfants à s’endormir » de Carl-Johan Forssén Ehrlin.

Qu’entends-je : « Quoi un livre ?… Tout simplement ?… Encore un livre ?… »

Et oui, un livre… mais il s’agit là d’une trouvaille dont je ne suis pas peu fière. Et si vous connaissiez déjà, vous êtes chanceux et laissons les autres découvrir…

Dans ce livre (pour enfant donc) nous y découvrons Roger le Lapin. Il est fatigué, mais il n’arrive pas à s’endormir. Sa maman va donc l’accompagner chez l’Oncle Bâillât pour avoir son aide. Sur le chemin, ils rencontrent Doudou le Hibou et Dodo l’Escargot ainsi que leurs précieux conseils pour pouvoir s’endormir rapidement. Je ne ferais pas le sacrilège de vous « spoiler » en vous racontant la fin de l’histoire (que vous imaginez déjà, je n’en doute pas).

En fait, l’histoire ici nous nous en moquons un peu. Ce n’est pas elle qui nous importe, mais la façon dont elle est écrite.

Voici ce que vous pourrez lire en quatrième de couverture :

« Ce type de conte pour endormir les enfants est innovant et révolutionnaire dans sa façon d’utiliser des techniques psychologiques sophistiquées. Ces techniques y sont intégrées de façon à aider l’enfant à se relaxer, à s’endormir plus facilement et à dormir plus calmement chaque nuit. L’histoire lance des signaux à l’inconscient qui peut, en retour, suggérer à l’enfant de dormir. »

Le secret est simple et ingénieux : les phrases sont écrites suivant des tournures et procédés utilisés en PNL et en hypnose, et il est demandé au lecteur de modifier son intonation par moment.

L’idée est brillante et les résultats bluffant !

Son succès est interplanétaire (cela parait peut être un peu trop ?). Il a d’ailleurs été traduit en plusieurs langues.

Il a fonctionné sur tous les enfants à qui j’ai pu conseiller ce livre… Quant à moi, je n’ai jamais pu aller au bout de l’histoire, mon fils de 3 ans s’endormant dès la deuxième page. Magique ? Non, scientifique ! C’est encore mieux !

Quelques remarques tout de même… le livre étant à tel point soporifique (et tant mieux ?!), attention à ne pas vous endormir vous-même. Qu’on se le dise, à la maison, je suis la seule assez solide pour m’aventurer dans cette lecture. Le livre est d’ailleurs un peu long… je crois que mon fils s’endormirait aussi si je lui lisais le dernier Harry Potter ! Mais ne soyons pas sarcastique, ce livre reste brillant d’un point de vue psychologique. Les techniques de PNL et de relaxation y sont très justement insérées et efficaces.

Si vous vous demandez à partir de quel âge, ou jusqu’à quel âge, nous pouvons lire cette histoire ; je ne pourrais honorer votre question. Premièrement parce que chaque enfant suit un développement qui lui est propre, deuxièmement parce que l’imagination et la métaphore à un effet sur l’autre quelque soit son âge.

En revanche, à mon grand dam, bien qu’il puisse se lire à tout âge, il ne tient pas encore la tétine de mon nouveau né (oh sarcasme !).

Pour vous procurer ce livre, c’est par ici :