MARIE : « Il m’a rendu fragile d’entrée de jeu »

J’ai une question pour toi ! 

Te souviens-tu de tes ruptures et de la façon dont tu les as vécues ? Les détails des évènements, mais surtout, les émotions qui t’ont traversé ? Plus encore, sais-tu voir aujourd’hui, tout au fond de toi, ce qui fut autrefois un déchirement mais qui est aujourd’hui une force ? 

Je vous présente Marie, 30 ans et fraichement célibataire. Elle traverse, non sans mal une rupture, qui, avec un peu de temps et d’acceptation, deviendra un ancrage positif de la force et du courage qui est en elle.

PODCAST numéro 1 et 2

On a tous vécu une ou plusieurs ruptures, et, comme tous, au bout de l’histoire, après coup, on fait une relecture des comportements, les nôtres, et les siens. On prend conscience de certaines choses, mais surtout, on comprend, comme dans l’histoire de Marie, que tout se joue dès le début. C’est d’ailleurs ce qui nous fait culpabiliser. On se dit « je le savais, j’aurais dû partir de suite ». Comme Marie, on s’en veut de ne pas être parti plus tôt, d’avoir été fragile, d’avoir trop donné. En réalité, nous avons fait comme nous avons pu. 

La bonne nouvelle, c’est que nous apprenons de chaque histoire.

Marie a appris que l’autre pouvait avoir des besoins différents des siens, et que chaque besoins se respectent. En revanche, signer un contrat de relation reposant sur des besoins différents risque d’amener à de la toxicité. Nous ne pouvons pas juger de la personnalité de l’homme dont Marie nous parle, mais nous percevons que ses comportements lui ont été toxiques. 

Durant de nombreuses années, elle l’a choisit lui, avec ce qu’il était. Elle a accepté tout ce qu’il était et ce qu’il lui proposait, même si ça allait au delà de ses propres valeurs à elle. Elle a donné et s’est perdue en retour. Elle a oublié l’importance d’être là pour soi avant d’être là pour quiconque. Et, je crois que ce qui est d’autant plus compliqué pour Marie aujourd’hui, c’est que cette relation lui a fait du mal au point d’en arriver à ne plus savoir qui elle est fondamentalement. Elle a tellement dû fermer les yeux sur ses besoins et sur ses valeurs qu’elle en vient à ne plus les reconnaître. 

C’est en se choisissant elle-même d’abord, qu’elle pourra ensuite se poser ces questions…