Une recette pour être un couple heureux ?

Dans son ouvrage « Confidences d’un sexologue », le Dc Gérard Leleu nous propose une « charte du nouveau couple (dit « couple de l’alliance ») ».

            Il explique que pour être « source de bonheur durable, d’harmonie et d’accomplissement de chacun », le couple doit être perçu comme un « chemin initiatique » pour se transformer grâce à la connaissance et le dépassement de soi.

Pour se faire, deux étapes sont nécessaires :

  1. Se transformer en travaillant sur soi-même :
  • Apprendre à dépasser « notre égoïsme, notre mésestime de soi, notre possessivité, nos blessures, nos peurs, nos croyances, nos illusions » ;
  • Sortir « du besoin excessif d’être aimé » et percevoir l’importance de s’aimer soi-même ;
  • Panser « nos blessures d’enfances » afin d’éviter de rejouer avec son partenaire les rôles vécus dans l’enfance ;
  • Devenir « pleinement responsable » de nos décisions, de nos actes et de nos émotions douloureuses. Ne soyons plus victime de notre partenaire !
  • Développer « nos deux pôles » : La femme doit découvrir sa part masculine et l’homme sa part féminine.
  1. Transformer la relation :
  • Sortir de toute « domination » ;
  • Se protéger des « pièges de l’amour » :
    • « L’idéalisation » de l’autre plutôt que de l’accepter tel qu’il est,
    • « L’identification » à l’autre plutôt que d’accepter les richesses de ses différences,
    • « La fusion absolue » plutôt que l’autonomie, qui est « le secret des couples heureux»
  • Sortir de la « dépendance » : le bonheur doit se trouver en soi ;
  • Sortir de la « possessivité » ;
  • Comprendre que le seul fait d’« aimer » n’est pas gage d’une relation durable : les projets communs, par exemple, donnent d’autres bases au couple ;
  • Apprendre à mieux communiquer : dire, écouter, entendre ;
  • Savoir « gérer les conflits » ;
  • « Sacraliser la sexualité » ;
  • « Donner une transcendance au couple ».

Voilà qui est bien…

En effet, qui ne rêverait pas d’être bien pour être bien ?

Je vous imagine sourire et vous dire en vous même « Évidemment, si j’arrive à accéder à tous cela je me sentirais bien. Et si je me sens bien cela aura des répercutions positives sur mon couple ! »

Et bien, vous avez raison !

Tout n’est pas toujours simple.

Nous agissons souvent sous le joug de nos traumas passés.

Nous interagissons fréquemment avec l’autre suivant le rôle que l’on nous a donné, ou que nous avons dû adopter, dans l’enfance. Les jeux de domination (position basse ou position haute) se dépassent difficilement.

Il est souvent difficile de surmonter seul nos angoisses.

Les cognitions (pensées, croyances) sont parfois tellement encrées, tellement massives, qu’il nous faut du temps pour les détisser.

Il n’est pas toujours évident d’avoir confiance en soi.

Aussi, le besoin et le manque d’amour guide la vie de tout un chacun. Le symptôme, d’après Balint (nous verrons ses œuvres lors d’un prochain article) est souvent le témoignage d’une demande d’amour et d’attention. La dépendance à l’autre et la possessivité n’est pas rare.

Une thérapie est alors nécessaire. Et, très honnêtement, chaque point de cette charte (somme toute idéale en effet) représente des demandes habituelles de consultation.

Pour autant, je crois qu’il est important de pouvoir tendre vers l’accession à ces ressources intérieurs ; pour soi d’abord, puis pour l’harmonie et l’épanouissement de notre couple.

Cessons de restreindre nos émotions et nos croyances à ce fait : « Tu me fais souffrir ». Demandons nous plutôt, « De qui je souffre, comment je souffre, avec quoi je souffre, depuis quand je souffre ». Chacun doit guérir de ses blessures passées. Son conjoint n’est parfois qu’un représentant de ce passé.

Demandez vous : « là maintenant, je suis triste, je suis en colère, et je regarde mon mari, je lui en veux… mais, qui mon mari me rappelle dans mon histoire ? Qu’est ce qui se rejoue de mon histoire, là avec lui ? »

Observez, comprenez, dépassez, vivez !

Source : « Confidences d’un sexologue » du Dc Leleu

Pour vous procurer l’ouvrage :