DOMPTE TES RUMINATIONS !

J’ai une question pour toi !

As-tu déjà remarqué que tu avais une tendance à ruminer ?

As-tu déjà observé tes ruminations ?

Tu sais, celles qui ne cessent de te dire à quel point tu es médiocre ?!

Sais-tu que, en plus de te faire du mal, tu as tord ? Oui, tu as tord !

On peut parfois être très dur avec nous-même, au point de fréquemment se dénigrer. Alors que, soyons honnête, nous n’oserions jamais dire un centième de ce que nous pensons de nous-même à une autre personne !

Est-ce normal de se maltraiter ?

Tu ne dirais pas qu’il est normal de maltraiter quiconque. Pourquoi t’imposes-tu cette auto-maltraitance ?

D’autant plus que, et j’en suis absolument certaine, tu dois souvent te demander pourquoi tu te sens souvent malheureux ou malheureuse, et pourquoi tu te sens aussi souvent insatisfait ou insatisfaite.

Evidement qu’il y a un lien !

Il n’y a aucun problème avec le fait que nous nous parlons à nous-même. Bien au contraire, c’est plutôt sain ! Cela arrive à peu près à tout le monde, et à peu près constamment. Notre cerveau est sans arrêt en activité. 

Ces conversations avec nous-même sont automatiques, naturelles et en silence intérieur.

Là où il te semble évident que la parole que les autres t’adressent a un impact sur toi, sur ton fonctionnement, et même, sur qui tu es, sache que les pensées que tu as vis à vis de toi-même ont également un impact fort sur qui tu es et sur ta capacité à te sentir heureux ou heureuse ! 

N’oublie pas cette célèbre phrase de Descartes : « Je pense donc je suis » !

Oui, tu n’es pas né en pensant du mal de toi-même. Oui, tu as certainement appris ça tout du long de ton histoire relationnelle. Oui, on t’a apprit à te voir négativement. Mais, aujourd’hui, souhaites-tu toujours être complice de ces personnes, qui, certainement sans le vouloir, t’ont fait du mal ?!

Dépasse les croyances négatives que tu as vis à vis de toi-même et force toi à aller à ta rencontre, dans ce que tu as de meilleur.

Arrête de te dire : « je suis nul », « je suis grosse », « je ne suis pas capable », « j’aurais dû faire autrement », « je ne suis pas digne d’être aimée », « je ne suis pas à la hauteur », « je mérite le rejet », « je ne suis pas belle », « je ne suis pas intéressant », « je ne mérite pas mieux », « je ne suis pas douée »… et toutes ces autres choses qui te font insidieusement du mal.

Oui, nous ne sommes pas parfait ! Oui, nous ne sommes pas toujours beau, nous ne sommes pas toujours capable, nous faisons comme on peut ! Oui, nous ne sommes pas toujours à la hauteur, nous n’avons pas toujours la culture du sujet en cours, nous ne sommes pas doués en tout et notre corps n’est pas toujours comme nous l’aurions voulu ! Mais il est une chose qui sera toujours vrai… Qui que tu sois, tu es et seras toujours digne d’être aimé ! 

Tu auras toujours de la valeur.

Cesse de vivre dans l’angoisse en cultivant de mauvaise pensées sur toi-même. Ne tombe pas dans les prophéties autoréalisatrices. 

Sois certain et certaine de ta valeur et de ton potentiel !

Ton dialogue intérieur sera toujours présent, il t’accompagnera tout du long de ta vie, mais, si tu discutes avec toi-même de façon positive, si tu te parles en ami, ton dialogue intérieur fera naître en toi des sentiments agréables !

Plutôt que de te dire « c’est sans espoir ! ». Dis-toi plutôt : « je vais y aller à mon rythme, tranquillement, étape par étape, comme je peux, et je vais m’en sortir, comme je m’en suis souvent sorti ».

Dis-toi le plus souvent possible que tu vas y arriver, parce que, quoi qu’il arrive tu es là pour toi, et tu vas y arriver.

Tout se travaille et se cultive, alors je te donne un exercice :

Essayes de repenser à tous tes succès, toutes ces fois où tu t’es senti bien et fier de toi. A toutes ces fois où, malgré les obstacles, ça a été ! Penses à tes réussites.

Une vie sans échec n’existe pas. Ceux qui ont le mieux réussi ont aussi beaucoup échoué ! Pourquoi ? Parce qu’ils ont essayé. Ils ont beaucoup essayé.

Alors, fais la liste de tes réussites. Situes ces réussites sur ta ligne de vie, et observe. Observe à quel point tu as été capable !

N’oublie pas : les gens qui réussissent acceptent de passer par des échecs, profitent de leurs erreurs pour apprendre et comprendre, et gardent en ligne de mire leurs réussites.

Choisis-toi !

Et pour ce faire, choisis ce que tu souhaites garder de toi : tes échecs ou tes réussites ?

A partir de maintenant, parle toi comme tu aimerais que l’on te parle. Dis-toi ce que tu aimerais que l’on te dise.


Ton fidèle compagnon de vie c’est toi !